Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

L’INSAH/CILSS à travers le CSP organise un Atelier Régional de formation des formateurs à l’utilisation des modules « CNGP » et « Public » du SIGEPAO, 2 – 4 octobre, Lomé /Togo


atelier_CNGP_Lome-Togo_2-4_oct_2019_actu1L’Institut du Sahel (INSAH/CILSS) et ses partenaires à travers le Comité Sahélien des pesticides (CSP) a organisé un Atelier Régional de formation des formateurs à l’utilisation des modules « CNGP » et « Public » du Système Intégré de Gestion des Pesticides en Afrique de l’Ouest du 2 au 4 octobre 2019 à Lomé au Togo.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la règlementation commune des Etats membres du CILSS sur l’homologation des pesticides et la mise en œuvre de l’accord tripartite CEDEAO – UEMOA – CILSS pour la mise en place du Comité Ouest Africain d’Homologation des Pesticides, les 17 pays Etats de l’Afrique de l’Ouest sont invités à créer et installer leur Comité National de Gestion des Pesticides (CNGP) en tant que structure de contrôle et de gestion des pesticides afin d’assurer une bonne gestion des pesticides dans les Etats.

Pour assurer une bonne gestion des pesticides dans la sous-région ouest africaine, le CSP a mis en place le Système Intégré de Gestion des Pesticides en Afrique de l’Ouest (SIGEPAO). A cet effet, l’Institut du Sahel, à travers le Comité Sahélien des Pesticides (CSP), a organisé du 2 au 4 octobre 2019 à Lomé au Togo dans une des salles de conférence de l’hôtel Résidence THERESIA, un atelier de formation des formateurs à l’utilisation des modules « CNGP » et « Public » du SIGEPAO afin de favoriser sa mise en œuvre dans les pays membres.

Ont pris part à cet atelier de formation, les représentants de l’ensemble des 17 Etats de l’espace CEDEAO-UEMOA-CILSS, concernés par l’harmonisation régionale des règles régissant l’homologation et la gestion des pesticides à savoir le Bénin, le Burkina-Faso, le Nigéria, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Sierra Léone, la Guinée, la Guinée Bissau, le Cap Vert, la Gambie, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo ainsi que les représentants de l’INSAH. Les travaux de l’atelier ont été présidés par le Professeur CISSE Boubacar, représentant le Directeur du CSP.

Le présent rapport se présente suivant les points ci-après :

  • cérémonie d’ouverture ;
  • rappel des objectifs et résultats attendus de l’atelier ;
  • déroulement de l’atelier ;

Le présent atelier régional qui avait pour objectif général de contribuer à améliorer l’inspection, le contrôle et la gestion des pesticides au niveau des pays à travers l’amélioration de l’organisation et du fonctionnement des CNGP a été ateint.

Spécifiquement, les objectifs de cette formation a permis de :atelier_CNGP_Lome-Togo_2-4_oct_2019actu4

  • Présenter aux représentants des CNGP des différents pays, le Système Intégré de Gestion des Pesticides en Afrique de l’Ouest (SIGEPAO) ;
  • Initier les représentants des CNGP des différents pays, à l’utilisation des modules CNGP et public du SIGEPAO ;
  • S’accorder avec les représentants des pays sur les règles d’utilisation du module CNGP (Entrées et validation des données, données pays à partager avec le public) ;
  • Recueillir les besoins spécifiques des différents pays, pour l’adaptation du module CNGP en vue de sa finalisation.

Principales recommandations:

Au terme des travaux de l’atelier, les recommandations suivantes ont été formulées. Il s’agit de :

A l’endroit des Etats membres :

  • Organiser au niveau national la restitution de la formation à l’intention des autres membres du CNGP ;
  • Installer les CNGP pour les pays qui ne l’ont pas encore fait ;
  • Adresser une demande écrite au CSP/INSAH pour la création du compte pays ;
  • Disposer d’une réglementation forte au niveau de chaque pays ;
  • Disposer d’une connexion internet fiable pour l’utilisation du SIGEPAO au niveau national ;
  • Toutes les informations doivent être validé par le CNGP avant leur diffusion ;

A l’endroit du CSP/INSAH :

  • La nécessité d’organiser une mission d’appui aux pays anglophones à la mise en place de leur CNGP
  • Que le CSP soutienne la restitution au niveau de chaque pays.
  • Que les postes de contrôle puissent rentrer les données
  • Organiser une formation des firmes productrices des pesticides sur le SIGEPAO
  • Prévoir une rebrique formation recyclage et vulgarisation à l’intention des acteurs de gestion des pesticides ;
  • Dotation des pays en matériels informatiques et autres équipements (GPS)
  • Clarifier le rôle des inspecteurs de données ;
  • Créer un section observation et autre sur l’interface pour prendre en compte les commentaires
  • Elaborer un manuel d’utilisateur du SIGEPAO ;
  • Créer une icône aide sur l’interface
  • Rendre le système souple pour qu’il soit utilisable sur les smartphones et tablette
  • Organiser la consultation au niveau des pays anglophones de la zone humide pour la mise en place de leur CNGP
  • Introduire dans le système l’option pour les autorisations d’importation avec les items tels que demandeurs/importateurs ; produits à importer ; provenance ; date et point d’entrée.
  • Que les rapports d’inspection validés soient aussi partagés à la firme détentrice du produit inspecté sur la plateforme SIGEPAO de la firme ;
  • Elaborer et mettre à la disposition des pays des canevas harmonisés de rédaction des rapports ;
  • Faire figurer le logo des autres organisations communautaires sur l’interface du site ;
  • Informer les utilisateurs du site sur les nouvelles informations disponibles dans le système ;
  • Prendre en compte dans le système les pesticides produits localement ;
  • Poursuivre les réunions de concertation des Etats membres pour la mise en place du COHAP.